Fausses agences de recouvrement

Fausses agences de recouvrement 

Évitez les pièges : contre la fraude, on se protège !

Vous avez reçu une lettre, un e-mail ou un appel téléphonique de la part d'une agence de recouvrement sans en connaître la raison ? L’agence vous pousse à payer des factures injustifiées ? Vous n'êtes pas le/la seul(e). L'Inspection économique du SPF Economie est submergée de signalements d'agences de recouvrement frauduleuses.

Que sont les agences de recouvrement frauduleuses ?

Les agences de recouvrement frauduleuses ne sont souvent pas inscrites auprès du SPF Economie et ne disposent en général pas d’un numéro d'entreprise. 

Les agences de recouvrement frauduleuses vous appellent au nom d'un organisme fictif qui vous aurait offert un voyage à bas prix ou une réduction sur des produits. Que vous acceptiez ou non cette offre, vous êtes contacté(e) quelques mois voire quelques années plus tard par la fausse agence de recouvrement. Celle-ci vous informe que vous avez encore une dette impayée qui a entre-temps atteint un montant de quelques centaines d'euros. Il est également possible que l’agence de recouvrement veuille recouvrir une prétendue dette (par exemple une dette fiscale). En tout cas, elle vous presse de régler cette somme très rapidement. Il est également possible que vous receviez des e-mails avec des mises en demeure fictives.

Les fausses agences de recouvrement vous mettront la pression à plusieurs reprises par le biais de courriers, d'e-mails et/ou d'appels téléphoniques afin que vous payiez. Lorsque vous demandez davantage d'informations à propos de la somme due, elles ne vous répondent pas ou restent très vagues. Elles utilisent également la menace d'un huissier ou d'une saisie, alors qu'elles ne sont pas habilitées à le faire.

Exemple 1 : Facture impayée


Un numéro belge vous appelle sur votre GSM. Une collaboratrice d'une agence de recouvrement vous demande de régler une facture impayée sous 3 jours. Vous recevez le jour même une confirmation par e-mail. Dans ce dernier, il est par exemple question de chèques hôteliers ou d'un soin de beauté que vous avez acceptés par téléphone. Cela aurait également été confirmé par e-mail et vous ne l'auriez jamais révoqué. Lorsque vous contestez l'e-mail de l'agence de recouvrement, vous recevez à nouveau un appel sur votre GSM, cette fois-ci provenant d'un autre numéro belge. On vous menace alors généralement d'envoyer un huissier chez vous pour procéder à une saisie.

Exemple 2 : Arriérés de paiement

Vous recevez un coup de téléphone d'une prétendue agence de recouvrement afin de payer des arriérés pour un voyage. Vous auriez consenti par téléphone, il y a quelques mois voire quelques années, à la réservation d'un voyage ou d'un hôtel. Vous n'avez pourtant jamais réagi aux e-mails que vous avez reçus à ce sujet. Ils le « prouvent » car ils connaissent vos nom, numéro de GSM et adresse e-mail. On vous demande de vous acquitter du montant en souffrance et des intérêts sous 3 jours. Ils vous disent qu'ils ont des preuves des e-mails et des conversations (enregistrements) téléphoniques. La recherche de ces preuves dure toutefois deux semaines, ce qui fait encore gonfler les intérêts...

Comment s'en protéger ?

Sachez à qui vous avez affaire

  • Connaissez-vous l'entreprise auprès de laquelle vous avez prétendument une dette ? Avez-vous vraiment commandé ou acheté quelque chose que vous n'avez pas encore payé ?
    Vous pouvez aussi contrôler l'agence de recouvrement. Chaque agence de recouvrement doit obligatoirement être inscrite auprès du SPF Economie. Vérifiez si l'agence en question est enregistrée.
    Si on vous appelle avant même que vous ayez reçu une mise en demeure écrite, il y a anguille sous roche. Légalement, vous avez aussi toujours un premier délai de paiement d'au moins 15 jours. 

 

Ne communiquez jamais de données personnelles

  • Les escrocs demandent souvent à avoir une copie de votre carte d'identité et/ou de votre carte bancaire. Ne vous faites pas avoir !

 

Exigez des informations claires 

  • Osez poser des questions. De quelle dette s'agit-il exactement ? Peuvent-ils vous montrer le contrat ? Demandez également les coordonnées de l'agence de recouvrement : son numéro de téléphone, son adresse e-mail, son site web, son numéro d'entreprise et son numéro d'enregistrement en tant qu'agence de recouvrement auprès du SPF Economie. Continuent-ils à vous appeler et à vous envoyer des e-mails sans vous donner plus d'informations ? Si c'est le cas, contestez la dette et demandez explicitement de ne plus vous appeler ou de ne plus vous envoyer de courriels. N'oubliez pas de le signaler au point de contact du SPF Economie et choisissez le scénario « Lettre de mise en demeure d' une agence de recouvrement/avocat/huissier de justice ». Vous pouvez également déposer une plainte concernant les appels malveillants auprès du bureau du médiateur des télécommunications.

 

Ils vous menacent d'une saisie ?

  • Seul un huissier est habilité à procéder à une saisie. Pour cela, il communiquera toujours de manière officielle par échange de courrier, mais jamais par e-mail.

 

Ne déboursez rien

  • Ne vous laissez pas mettre la pression pour payer rapidement. Vous avez toujours au moins 15 jours pour examiner ou régler votre « dette ». Vous l'avez tout de même payée sous les menaces ? Avertissez-en votre banque le plus vite possible et portez plainte auprès de la police. 

 

Contestez votre dette

  • Il est préférable, pour contester une dette, de le faire par e-mail avec accusé de réception ou par lettre recommandée. Mentionnez-y tous les arguments qui appuient le non-fondé de ce recouvrement. Utilisez le modèle de lettre

Vous êtes victime d'une fausse agence de recouvrement ?

Signalez les fausses agences de recouvrement au Point de contact. Sélectionnez le thème qui s'applique à votre situation et suivez les étapes afin de signaler cette fraude. Vous subissez des menaces physiques ? Portez alors plainte auprès de la zone de police locale.

Vous en êtes victime ? Signalez-le ici >
 

Voir nos témoignages